« Donnez-moi une feuille du papier vierge et un crayon et je suis complètement heureux. Une feuille du papier est la chose la plus fascinante au monde - c'est mieux que Brigitte Bardot. » Normand Hudon

Texte puisé du livret L'art et le hockey; une perspective, accompagnant l'exposition du même titre présentée à la Galerie Alan Klinkhoff (automne 2016):

Pendant la préparation de cette exposition, nous sommes tombés sur l’œuvre de Normand Hudon et, reconnaissant son sens de l’humour et, parfois même, son sarcasme, nous avons décidé de lui trouver une place. 

Hudon se distingue des autres artistes de notre exposition puisque, dans la plupart de ses œuvres, on trouve un message politique distinct. Dans ses illustrations de hockey et d’autres scènes typiques du Québec francophone, Hudon utilise la scène populaire pour attirer l’observateur et permettre à l’humour de dénaturer la signification de l’image pour faire une déclaration politique. Ses scènes en apparence fantaisistes et légères visent à faire rire de l’État, de l’Église, des juges, des prêtres et des politiciens. Dans l’image ci-dessus, La fameuse « Kid Line » de Saint-Fabien, Hudon illustre un prêtre, les yeux et la bouche grands ouverts, qui agit comme entraîneur de hockey dans la paroisse de Saint-Fabien. Ici, Hudon démontre le côté ridicule du pouvoir et remet en question le rôle et l’influence de l’Église dans la vie quotidienne au Québec.

Son utilisation de l’huile, à partir des années 1970, a une signification politique dans le contexte québécois. Il faut la comprendre comme une autre manifestation critique et satirique de la société. Il en est de même pour ses caricatures cinglantes qu’il avait créées pour divers journaux dans les années 1950 et 1960, notamment publiées dans La Presse, Le Devoir et Cité Libre. Hudon est souvent encensé comme étant l’un des caricaturistes les plus éminents au Canada et reconnu comme ayant directement contribué à la Révolution tranquille au Québec.

 

Lire davantage