BlogueJuin 20, 2019

Sur la traces d'une œuvre : la provenance d'une exquise pochade de Clarence Gagnon

Une peinture récemment acquise a incité une réflexion au sujet de la provenance d'œuvres d'art

 

Nous avons tout récemment fait l'acquisition d'une exquise pochade à l'huile de Clarence Gagnon, représentant son paysage de peinture privilégié : Baie-Saint-Paul, dans le comté de Charlevoix. Nous avons le plaisir de l'offrir à la vente.

 

Laurentian Homestead / Ferme du rang Saint-Antoine, Baie Saint-Paul

 

Clarence A. Gagnon, R.C.A. (1881-1942)

Ferme du rang Saint-Antoine, Baie-Saint-Paul, vers 1920

Huile sur panneau, 6 ¼ x 9 ¼ po.

 

Verso. Laurentian Homestead / Ferme du rang Saint-Antoine, Baie Saint-Paul

 

Verso de la Ferme du rang Saint-Antoine, Baie-Saint-Paul avec titre, signature et empreintes digitales de l'artiste, ainsi que le certificat d'authenticité de Mme Gagnon.

 

Notez, au dos du tableau, que l'artiste y a indiqué le titre et apposé sa signature, sous laquelle se trouvent deux empreintes de son pouce. On y trouve également le certificat indiquant le numéro d'inventaire « 45 » qui correspond au registre des œuvres de la succession de l'artiste dressé par Madame Gagnon. Les fervents amateurs de Clarence Gagnon sauront que les esquisses de sa succession n'étaient que très rarement signées. L'absence de signature s'explique de manière bien simple, dans la mesure où Gagnon n'offrait pas la majorité de ses pochades à l'huile à la vente, les gardant plutôt à des fins de référence. Éventuellement, l'artiste consultait ces esquisses en vue de créer un tableau de plus grand format, un peu comme une note dans un journal qui informe une missive plus formelle : la première n'est pas signée, tandis que la seconde l'est. 

 

 Ferme du rang Saint-Antoine, Baie-Saint-Paul est titrée et signée par le maître au verso, ce qui suggère que Clarence aurait antérieurement offert cette pochade à la vente - sans succès, ce nonobstant -. Fait intéressant, l'individu qui nous a vendu cette superbe pochade nous a fourni la petite histoire de sa titularité, ou « provenance » : il nous a raconté que la dame qui lui avait vendu l'avait elle-même reçue de sa tante qui résidait à Westmount, au Québec, et qui était voisine de Clarence et Lucile. Elle avait d'ailleurs ajouté que cette tante était elle-même artiste, qu'elle avait de nombreux atomes crochus avec les Gagnon et qu'elle avait acheté plusieurs œuvres auprès du couple. 

 

De manière fortuite, j'ai reconnu dans le récit du vendeur le nom d'un bon ami de l'époque où j'étais collégien à Montréal dans les années 1960. Je me suis également souvenu que nous lui avions vendu une excellente pochade signée Clarence Gagnon, il y a de cela dix ou quinze ans. Nadine et moi avons effectué une petite recherche, à commencer par les archives numériques du bottin téléphonique Lovell, disponible sur le site des Bibliothèques et archives nationales du Québec. Nous avons ainsi pu confirmer que Lucile Gagnon et les premiers propriétaires de cette pochade, M. et Mme James Ross, étaient voisins immédiats à Westmount. Ils n'auraient cependant pas pu connaître Clarence, car ils ne devinrent voisins que quinze ans après le décès de l'artiste. 

 

J'ai ensuite contacté cet ami d'autrefois, Jim, qui réside aujourd'hui à Newmarket, en Ontario. Il m'a confirmé que la femme qui avait hérité de  Ferme du rang Saint-Antoine, Baie-Saint-Paul est sa cousine. Jim m'a aussi relaté ses quelques visites chez Madame Gagnon au courant des dernières années de sa vie, alors qu'elle souffrait d'une maladie pulmonaire et éprouvait beaucoup de difficulté à marcher dans sa demeure rue Lavigne, à Westmount. Il nous a également raconté que sa cousine était la filleule de la toute première propriétaire de l'œuvre, leur « tante Marie », et que par conséquent, cette cousine avait eu le premier choix des Gagnon de tante Marie. C'est cette  Ferme du rang Saint-Antoine, Baie-Saint-Paul qu'elle choisit.

 

À la mort de Clarence, Madame Gagnon avait en sa possession une vaste quantité de ces précieuses pochades à l'huile ; plus de 650 en tout. De temps à autre, elle en vendait par l'intermédiaire de plusieurs galeries d'art dont Blair Laing de Toronto et à Montréal chez Continental ainsi que chez mon père, la Galerie Walter Klinkhoff. Lorsque Madame Gagnon décéda en avril 1967, elle désigna mon père, Walter Klinkhoff, pour vendre les tableaux de Clarence Gagnon de la succession. Il s'agit d'une véritable mine de trésors d'excellentes œuvres d'art, surtout des esquisses et dessins - bien qu'il y avait quelques toiles -. 

 L'objet du texte qui précède est de présenter cette exquise pochade de Clarence Gagnon que nous offrons en vente. En outre, il sert à démontrer à nos lecteurs que la provenance, qu'elle soit reliée à nous ou à vous, n'est pas nécessairement fiable à 100 %. Même si son histoire est relatée en toute bonne foi, à force d'être racontée, l'histoire peut perdre un peu de son exactitude. Peut-être un peu comme dans le « jeu du téléphone ». Dans ce cas-ci, cette exquise pochade de la  Ferme du rang Saint-Antoine, Baie-Saint-Paul, ne requiert pas de récit pour en rehausser la valeur. Ce nonobstant, le fait que ce lien direct et vérifiable vers Madame Gagnon (et par extension la succession de son défunt époux) puisse être confirmé permet d'établir un historique et un lien vérifiable, chose qui subsiste rarement au fil du temps. 

 

 Nous avons le plaisir de présenter  Ferme du rang Saint-Antoine, Baie-Saint-Paul de Clarence Gagnon, aux collectionneurs, en plus d'une toile majeure, Première neige, Baie-Saint-Paul, ainsi qu'une étude à l'huile de l'automne 1906, pochade qui aura plus tard servi de prototype pour une œuvre majeure appartenant aujourd'hui au Musée national des beaux-arts du Québec ; finalement, deux œuvres sur papier liées aux célèbres illustrations effectuées par Gagnon pour Maria Chapdelaine de Louis Hémon. Nous vous encourageons à consulter ces œuvres sur notre site Web et à en faire l'acquisition. 

 

Première Neige, Baie St. Paul

Huile sur toile, 20 x 24 po.

Consultez l'œuvre en ligne

Renseignez-vous

 

Esquisse préparatoire pour Scène d'automne, 1906

Huile sur panneau, 4 1/2 x 7 po.

Consultez l'œuvre en ligne

Renseignez-vous

 

Étude pour Maria Chapdelaine p. 42, vers 1930

Techniques mixtes, 8 1/4 x 8 3/4 po.

Consultez l'œuvre en ligne

Renseignez-vous

 

Detail de l'illustration pour Maria Chapdelaine (page 198), 1933

Techniques mixtes,  7 x 3 po.

Consultez l'œuvre en ligne

Renseignez-vous

 

NB : Bien que Mme Gagnon ait indiqué que le nº 45 appartenait à Mme James Ross, lorsque l'inventaire fut retranscrit, le titre fut erronément indiqué comme étant  Ferme du rang Saint-Laurent, Baie-Saint-Paul, plutôt que  Ferme du rang Saint-Antoine, Baie-Saint-Paul. 

 

 

 

351 
de 384

Add a comment

Ajouter un commentaire