BlogMay 1, 2013

CLAUDE A. SIMARD, ARC

Jeudi le 2 mai, la Galerie Walter Klinkhoff présentera une exposition et vente d'œuvres de Claude A. Simard que vous pourrez visionner en ligne à klinkhoff.ca à partir de midi. Vous pourrez aussi voir les œuvres en galerie. Nous vous invitons à faire l'acquisition de l'une ou l'autre de ces œuvres exécutées par le maître.

 

Claude A. Simard est né à Québec en 1943. Il a fait ses études professionnelles en communication visuelle au Ontario College of Art de Toronto. Il pratique le graphisme jusqu'en 1984 et se consacre par la suite à la peinture et à l'enseignement. Simard a laissé une carrière prestigieuse à la Faculté des Arts de l'Université Laval où il était professeur titulaire dans le Programme de design graphique et communication visuelle.

 

Les peintures de Claude A. Simard sont exposées pour la vente dans plusieurs excellentes galeries à travers le Canada. Il a créé huit timbres pour La Société canadienne des postes. On retrouve des propriétaires d'œuvres de Simard, que celles-ci proviennent de notre galerie ou d'autres marchands d'objets d'art de renom, à la grandeur du Canada et des États-Unis, au Royaume-Uni, en Asie, y compris Hong Kong, et même à Kuala Lumpur. Claude A. Simard est membre de l'Académie royale des Arts du Canada depuis 1983, un des membres fondateurs de la Société des Graphistes du Québec, et depuis 1977 il est membre du New York Society of Illustrators. CLAUDE A. SIMARD, ARC | Maine Kittery au bord de la mer, 2013 |  36 x 48 po.

 

À propos de Claude A. Simard: « C'est un artiste accompli, un professeur exemplaire, un artiste hautement apprécié des Canadiens.» [1] « Son jardin, ses fleurs deviennent lieu de vie, lieu sacré, à l'ombre de la maison familiale, cadre exceptionnel pour sentir la matière, faire éclore la lumière, célébrer les heures et les saisons. Ses sources d'inspiration, ses émotions les plus riches sont enfouies au cœur de son univers quotidien, dans le magnifique isolement d'un carré de ciel entouré d'arbres.» [2]

 

« Cette nature qui le stimule, dont il s'imprègne lui sert de prétexte pour jouer avec les formes, pour faire vibrer les couleurs, pour capter la lumière. Un objet familier, un pot de fleurs sur le rebord d'une fenêtre lui laissent toute latitude pour exprimer sa joie, sa liberté, son émotion. C'est la magie de la couleur avec tout le symbolisme de la vie, de l'espoir, qui se dégage de ces compositions simples mais riches en contrastes. On sent les rayons du soleil frapper la fenêtre pour vivifier, éclairer cette nature exubérante que l'artiste protège des froidures dans son jardin d'hiver. Toutes ces fleurs expriment également une recherche d'éternité, une confiance dans une vie qui ne finira jamais et se perpétuera dans l'explosion de couleurs et de formes nouvelles.» [3]

 

« L'œuvre de Simard mérite qu'on lui accorde plus qu'un simple coup d'œil. Ses toiles nous proposent une aventure, nous entraînent dans le rêve et la réflexion. Ses pensées, sa conception de l'art facilitent l'appréciation de son œuvre. C'est une invitation à poursuivre, à partager avec l'artiste sa recherche de liberté et à vivre avec lui des moments d'intenses émotions. » [4]

 

À son sujet, Claude A. Simard a déclaré ce qui suit:

« Je peins depuis une quarantaine d'années. C'est la vie qui m'inspire. Je suis un peintre réaliste. Certains pensent que l'art figuratif est une forme réactionnaire. Je pense que la qualité de l'œuvre ne tient pas au sujet mais à la manière de l'artiste et à l'émotion exprimée en regard du sujet. Je pense aussi que la beauté est l'essence même de l'art. Je ne crois pas à l'art à sensation. L'œuvre prédomine sur l'artiste. À 19 ans, j'ai eu le grand bonheur d'être accepté au Ontario College of Art, à Toronto, où j'ai étudié sous des maîtres comme Franklin Arbuckle, Alan Collier et Gray Mills. Ils m'ont donné le goût de faire, le goût de regarder, de dire, de me perdre dans un dessin avec la sincérité de la passion. Je suis devenu peintre. L'important dans la vie c'est de faire ce qu'on veut et d'aller où on aime par les chemins qu'on choisit. Je passe mes journées dans mon atelier. Mon horaire ressemble à celui de tous les travailleurs. Je vis de jour et je dors la nuit. C'est plus pratique pour la lumière qu'il faut pour peindre. Tant pis pour l'image, les romances qu'invente le cinéma quand il raconte la vie d'artiste. En art, il n'y a que l'objet qui compte et les mots pour en parler s'effacent devant l'œuvre. » [5]

 

À propos de Claude A. Simard, quelques-unes de ses citations:

« Chez-moi, c'est cet endroit où je peux dessiner quand je veux. » [6] « L'inspiration, c'est l'ensemble de tout ce qui se passe en dehors de nous, qui alimente notre vie intérieure. » [7] « Au bout du compte, nous ne pensions qu'à dire. Avec des images ou avec des mots. À raconter ce que nous sommes et ceux que nous aimons. Et ce que nous aimons. Comme font les petits. Nous parlons du pays, des amis, des amours. Nous racontons l'espace d'être, la joie, le grand chagrin et même le bonheur qu'on fait soi-même quand on veut. Nous parlons de la vie, si rapide et si courte. » [8]

 

Références:

1. André Juneau, Claude A. Simard, Les presses de l'Université Laval, Sainte-Foy, 1991

2. Idem

3. Idem

4. Idem

5. Claude A. Simard, Inspiration, Éditions Multiplart Inc., 2011

6. Idem

7. Idem

8. Idem

 

Copyright © Galerie Walter Klinkhoff

86 
of 374

Add a comment

Add a comment