« Il était un homme fougueux avec une éthique du travail incroyable. Il était très engagé envers sa pratique artistique. Ce qu'il laisse derrière lui, c’est une oeuvre bien définie qui témoigne fortement de son langage et sa façon particulière de voir le monde. » Sarah Fillmore, chef curatrice au Galérie d'art de la Nouvelle-Écosse

Jacques Hurtubise est né le 28 février 1939, à Montréal. Il étudit à l’École des beaux-arts de Montréal entre 1956 et 1960. Il y recevra l’enseignement d’Albert Dumouchel et de Jacques de Tonnancour. Faisant montre d’un grand talent, il présente sa première exposition majeure au Musée des beaux-arts de Montréal (1961), alors qu’il est âgé de seulement 21 ans.

 

Après avoir reçu une bourse, il emménage à New York pour étudier de 1960 à 1961, et prendra activement part aux activités de la scène expressionniste abstraite. En 1965, à l'âge de 26 ans, Hurtubise a représenté le Canada à la 8e Biennale de São Paulo, au Brésil, où il reçoit un premier prix en peinture. Deux ans plus tard, en 1967, il a participé à la 9ème édition de la même biennale. En 1983, Hurtubise s’installe de façon permanente en Nouvelle-Écosse. Il y établira son studio.

 

La nécrologie de Jacque Hurtubise dans le Globe and Mail datée du 1er janvier 2015 résume bien la carrière et le caractère de Hurtubise avec plus de précision: « Il faisait partie d'une génération qui a vraiment aidé à définir ce que nous pensons... lorsque nous pensons à la peinture abstraite », a déclaré Sarah Fillmore, conservatrice en chef à la galerie d'art de la Nouvelle-Écosse à Halifax. « Son influence est considérable ». Jacques Hurtubise était un peintre et un graveur abstrait canadien reconnu pour ses peintures abstraites audacieuses et colorées. Il avait une éthique de travail vigoureuse qui a su conquérir les amateurs d’art autant sur la scène canadienne que la scène internationale.

 

Au cours de sa carrière, Hurtubise a été récipiendaire de nombreux prix, dont le Grand Prix de Peinture, Concours Artistique du Québec (1965), le Prix Victor-Martyn-Lynch Staunton du Conseil des Arts du Canada (1993 ) et le Prix Paul-Émile-Borduas attribué par le Gouvernement du Québec (2000). Il a souvent été décrit comme un bourreau de travail intense mais chaleureux. Son travail figure dans les collections de grandes institutions muséales du Canada, des États-Unis, de l’Angleterre, de la Belgique, de la France, du Brésil, de l’Italie, des Pays-Bas et de l’Allemagne.

 

Lire davantage