« Les oeuvres de FitzGerald étaient très respectées par le Groupe [des Sept] pour sa sensibilité et retenue. Ses formes dépouillées rappellent celles de Harris, mais l'endroit est différent. Il a peint Winnipeg, où il habitait. » Joan Murray, Northern Lights: Masterpieces of Tom Thomson and the Group of Seven, 1994

Dans les années 40, FitzGerald se tourne vers la craie de couleur, l'encre et parfois la peinture à l'huile étalée au couteau. Après sa mort, on a découvert une série d'autoportraits et des dessins de nus, trouvaille surprenante chez un peintre aussi timide. Il sait peindre les pommes par toutes sortes de techniques différentes, et ses séjours sur la côte ouest le stimulent. Il prend sa retraite en 1949 et peint, en 1951, From an Upstairs Window, un de ses meilleurs tableaux. À l'occasion d'un voyage en Colombie-Britannique, il rencontre Lawren Harris et se consacre par la suite à des études à la plume et à l'encre dans lesquelles des milliers de points minuscules et de traits donnent forme au sujet. Still Life with Hat (1955) est une représentation typique de son monde mystérieux, fait de hachures entrecroisées. À partir d'Autumn Sonata (1954) et d'Abstract in Blue and Gold (1955), FitzGerald devient totalement abstrait. Les rythmes de surface font place à des touches lisses au pinceau. Toute son oeuvre se distingue par une manière originale et soigneuse de manier la brosse, la plume, le pastel, la craie ou le pinceau pour créer un style et une texture uniques. 

 

 

Texte par Anne McDougall. 

Lire davantage