« En peignant sur le vif et, par surcroît, par l’entremise d’une observation directe, Franchère va au-delà de sa formation classique et académique française [...] vers une certaine modernité. » Mario Béland, Ph.D.

Joseph-Charles Franchère, reconnut pour son travail en tant que peintre, illustrateur et décorateur d’intérieur d’églises, est né à Montréal le 4 mars 1866. Après des études au Conseil des arts et manufactures, à l'école dirigée par l'abbé Joseph Chabert et un stage au studio du peintre-décorateur François-Xavier-Édouard Meloche, Franchère part pour Paris en 1888, afin d'y parfaire sa formation, où il étudiera à l’Académie Julian puis à l’Académie Colarossi. Il revient s’installer à Montréal deux ans plus tard. En 1890, on lui confie le mandat de réaliser trois grands tableaux pour la chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur de la basilique de Notre-Dame.

 

En 1892, Franchère retourne séjourner à Paris, où il est admis à l'École des beaux-arts de Paris. En Europe, il réalise notamment La Vierge de l'apocalypse (1892), La multiplication des pains (1893) et Le Christ consolateur des affligés (1895) et expédie quelques oeuvres aux expositions annuelles de l'Association des arts de Montréal et de l'Académie royale du Canada. De plus, ses oeuvres sont exposées lors des expositions universelle de Chicago (1893), Buffalo (1901) et St-Louis (1904).

 

Plus tard, Franchère soutient un rôle de professeur au Conseil des arts et manufactures et ensuite au Monument national. Au cours de sa carrière, il réalise de nombreuses décorations d’église au Québec et illustre les textes de plusieurs livres, dans un style idéalisant la vie champêtre dont Chansons canadiennes (1907) de P. E. Prévost et Les rapaillages (1916) de l'abbé Lionel Groulx.

Lire davantage